Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 15:36

Samedi 22 Janvier 2011

Sortie à la grotte du Frochet, découverte de la cavité pour Laurent et Dirk. Malheureusement notre ami JB à dut se décommander pour raison de santé (rien de grave petite douleur au dos). Plongée du S1 avec un bi deux litres pour mes camarades, un bi 4.8 L 300 pour moi afin de plonger le S3 et S4. Nous avons réalisés quelques photos et surtout des images du réseau. Une fois m’avoir aidé à transporter mes charges plongée, le binôme a topographié 90m de galerie situées au-dessus du S3. Pourt ma part, je suis parti plonger le S3 et S4 tout en filmant ces belles galeries noyées. J’ai donné un temps de deux heures avant de revenir. J’ai déroulé une dizaine de mètres de fil dans des galeries parallèles qui jonctionnent avec le réseau principal. Quand il y a un doute sur une galerie mieux vaut le vérifier. Après 25 min d’immersion, j’ai poursuivis ma progression pour me rendre jusqu’au S5 en amenant une paire de palmes et un dévidoir. Le cheminement n’ais pas aisé, quelques étroitures, diaclases, laminoir demandent une évolution à quatre pattes. Chargé de matériel il faut bien 45 minutes pour parcourir les 200 m de galerie. Arrivé devant le siphon 5, j’ installé une corde laissée là il y a déjà deux ans. Après 20 minutes de préparation, je suis rentré avec une chose en tête, la prochaine pointe dans ce siphon. J’émmerge après 1h45 de ballade. Mes compagnons d’aventure m’attendaient depuis quelques minutes. Le retour c’est fait sans difficulté, dans l’ambiance et la joie d’une belle sortie réalisée entre copains. La suite à la prochaine sortie .

Conclusions : La pointe est organisée pour dimanche prochain. La météo devrait être bonne….si dame nature le veut bien!! A nous de jouer.

 

grotte-du-Frochet-copie-1.jpg  ressaut entre S1 et S2

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 08:30

Sorties du 14 et 15 Janvier 2011

 

En raison des conditions de crue la résurgence de chevaline coulait avec un bon débit.

La première sortie avec Laurent Garnier à eu pour objectif de plonger dans le deuxième siphon.

Le premier siphon était amorçé à l’entrée de la cavité, se développant sur une quarantaine de mètres avec la présence d’une cloche d’air au milieu. Les dimensions sont de l’ordre de 2x3m, la visibilité excède les 10m. Le fil est en place depuis l’année dernière (équipement réalisé par Dirk et moi même). Derriere, le post siphon se développe sur une centaine de mètres. Une belle rivière s’écoule en formant de belles vasques d’eau profonde, le réseau est très concrétionné et magnifique.

Le vendredi, nous n'avons pu équipé le siphon que sur les 60 premiers mètres en raison d’un manque de fil. Nous avions la ferme intention de terminer l’équipement samedi. Celui-ci est noyé habituellement sur soixante dix mètres. Avec un niveau d’eau haut, la rivière à pris ses droit sur 40 mètres de galerie supplémentaire. Les dimensions du conduit noyé sont de l’ordre de 2 x 2. La visibilité est aussi bonne que dans le S1, par contre la morphologie est grandiose. Des colonnes ainsi que des stalagmites et stalactites habituellement  à l’air libre se retrouvent sous quelques mètres d’eau cristalline offrant un spectacle pour les yeux digne d’un cénote Mexicain. La sortie débouche sur une cascade de deux mètres d’où s’écoule une partie du débit de la rivière. Dix mètres plus loin, la galerie en forme de laminoir débouche sur un obstacle grillagé condamnant toute progression afin de préserver la grotte de Choranche. C’est une première en plongée puisque ce réseau à été exploré en extrême sécheresse pour déboucher dans la salle de la cathédrale. Aucune plongée n’avait été faite en raison de la connaissance du réseau. Ce fut pour nous un bon moment passé entre amis. La cavité vaut vraiment le coup de palme. Pour cela, il faut attendre une bonne montée des eaux pour avoir le même spectacle post siphon et surtout la présence du S1. 

Participants : Plongeurs : Laurent Garnier, David Bianzani, spéléo Jacques et louis Santis

 

 

résurgence de chevaline 

 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 13:21

Plongée du 9 janvier 2011: entrainement et essais de configuration en vue d'une prochaine plongée à la grotte de la Luire.

Le niveau d'eau se situait au 3e échelon. Visibilité 5 à 8 m pour une immersion jusqu'au S6 et atteindre la profondeur de -35 mètres.

Participants: Laurent Garnier et David Bianzani. Accompagnatrice Marlène Garnier avec prises de vue vidéo pour nos prochains montage de films.

TPST : 1h

TPSE: 40 minutes

 

grotte de Thaïs 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 15:59

Ce lundi plongée en solitaire à la Goule, histoire de tester une configuration de plongée en déstructuré avec des 4,8 composites, rééquipement du S1 sur 70 m, la résurgence n'est pas encore en crue mais ça ne va pas tarder, la neige fond gravement. Niveau d'eau à 38 cm visibilité de 4 mètres, plongée de 30 minutes en visitant quelques départ latéraux, à poursuivre.. Brin de causette avec quelques truites dans la cavité. Température de l'eau à 6°C. Vivement le prochain grand coup de froid pour poursuivre l'exploration entreprise en 2009. On se tient sur les starts avec François et Manu.

Partipant: D. Bianzani

TPST: 50 minutes

goule noire 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 21:32

Ce matin rdv chez David. Il me propose 5 sortie. À moi de choisir! Le choix est vite fait! Parmis elle, la grotte de Gournier. 20 ans que je ne n'avais pas mis les pieds, cela ne nous rajeunit pas!! Une sortie pour se mettre en condition. Nous consultons la météo sur le web, enfin nous essayons, car il faut le dire, le hameau du Vézor communique encore avec les signaux de fumé! Avec un débit de 56 kbs, autant dire que nous avons eu le temps d'aller à la grotte et qu'à notre retour la page d'acceuil n'apparaissait toujours pas sur l'écran! Enfin c'est tout comme. Allez, on prépare le matos en deux deux, la météo est bonne. Arrivé sur le parking nous croisons un groupe qui à dans l'idée de projeter un bivouac au-delà de la grande barrière. Nous les en dissuadons car par les temps qui courent, pas très prudent de s'aventurer dans Gournier sur du long terme. 11h45, la traversée du lac se passe sans encombre malgré l'embarcation que nous possédons. Nous dépassons le groupe croisé sur le parking. Le rythme est donné! Nous accélérons le pas, non sans prendre des coups de chaleur surtout moi, car ayant égaré ma combinaison en toile, David m'a gentiment prété une texaire. Un sauna ambulant pour la peine. Nous nous changeons au deuxième accès à la rivière. Le grondement de celle-ci est de plus en plus bruyant. Je reste bouche bée!! C'est grandiose! Plus nous avançons plus c'est beau! Ambiance Papouasie!! L'accès à la cascade de 12 m se fait très rapidement. Nous arrivons à la salle Chevalier. Nous scrutons un peu les divers départs et nous ne nous attardons pas trop dans le quartier. Le retour est aussi magnifique! Hop, dernier effort, nous arrivons à notre vestiaire de fortune. Nous décidons de garder le bas de néoprène. Alors là, ce n'est plus un sauna, mais une bouilloire. Le duo texaire/ néoprène c'est l'enfer!! Nous rattrapons un autre groupe croisé à l'aller. Arrivés à la méduse, David se fait plaisir et s'offre un petit saut de 6 m dans le lac d'entrée. 15h30 nous sommes Sur les rives du lac, récupérons nos kits laissés à l'entrée de la grotte. Le soleil est au rendez-vous, c'est agréable. Nous pressons le pas sur le sentier du retour. Le redoux réchauffe les paroies et les stalactites de glace tombent de temps en temps. Retour au bercail, et repas gargantuesque pour nous remettre de ces émotions.

Participants: D. bianzani, F. Tourtelier

TPST: 3h45

grotte de gournier 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 16:39


Camellié P6 

  le puits de 6 mètres, photo: Yves billaud

 

 

Petite sortie au Camellié pour redescendre la bouteille qui s'était vidée lors des précédentes crues, avec quelques photos prises dans la cavite. Découverte pour Michael d' un réseau très varié, puits, grosses galeries, reptation, quatre pattes, ramping, étroitures, marche aquatique. Non, ce n est pas du kamasutra, mais de la spéléo au Camellié!!

-TPST: 5h00

-Participants: François, Michael et David

 

aven de camellié siphon amont 

dans les amonts du Camellié, photo: François Tourtelier

 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 16:35

Il fait beau aujourd'hui, je n'arrive pas à me décider sur la sortie à faire. Bon, ça y est j'ai choisi et me dirige sur un endroit dont nous parlons trés souvent avec David. Le nom de la cavité n'est pas mentionnée dans cet article, car nous voulons nous préserver de toutes incursions "pirate". Arrivé à destination, je chausse les raquettes, arme ultime pour les marches d'approche en cette saison! Aprés 0h30 de crapahut dans une pente relativement raide, l'entrée s'offre à moi. Je déchausse les raquettes, et m'enfile dans la cavité. Aprés une progression courte, j'arrive au siphon. Il est claire mais je constate que les parois sont tapis de glaise. La cordelette en place m'a l'air correcte. Quelques photos plus tard, je fais demi-tour, avec des infos suffisantes pour une prochaine exploration.

Le retour n'est pas évident car si la montée etait raide, la descente l'est aussi et le froid a geler les sangles des raquettes qui on tendances à se défaire, d'où un déchaussement fréquent et quelques roulé boulé dans la neige. Enfin, j'arrive à bon port sans casse!!

Participant: F. Tourtelier

TPST: 1H30

 

IMG_4468.JPG

Départ dans le siphon, photo: David Bianzani

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 20:50

Nous pévoyons une sortie au ruisseau des gorges. Arrivés au parking des grottes de Choranche, nous entendons du bruit qui provient des barres rocheuse. Ce sont les stalactites de glace qui sous le réchauffement de la roche s'en donnent à coeur joie!! Pas question de s'aventurer sous ces épées de Damoclès, l'issue serait terrible!

Nous changeons de tactique et nous dirigeons vers le parking du cimetière de Choranche. Du coup, nous laissons le matériel de plongée dans le coffre de la voiture et la sortie se transforme en ballade. Raquettes aux pieds, nous arpentons le sentier. Les paysages sont magnifiques, le soleil fait ressortir les couleurs. Le Vercors, c'est magnifique!

L'entrée sous le porche de Gournier se fait en petites foulées, histoire de ne pas se faire embrocher par ces foutues stalactites. Petite pause et on repart. La descente se fait en courant, raquettes aux pieds.

De retour au parking, je me retourne et contemple encore une fois ces belles barres rocheuse.

Participants: D. Bianzani, F. Tourtelier

Temps sortie: 2H30

 

rivière de gournier 

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 17:48

Nous sommes le vendredi 3 septembre 2010, Baudoin Lismonde m'informe du désiphonage du passage clé dans le labyrinthe.Il me guide auusitôt dans le passage du Chiron's way, ce petit méandre qui livre l'accès à un des beaux réseaux du Vercors.


Mais quel objectif plonger (le bêta ou l'alpha)? Après concertation avec François, on décide de plonger à deux et d'opter
sur le siphon qui pourrait potentiellemnt sortir... soit le bêta. Manu Tessanna mon camarade d'exploration me propose de venir nous donner un coup de mainnpost-siphon. J'accepte avec joie; C'est plus sympathique de partager les explorations. Nous mobilisons nos collègues de la Drôme et de l'Isère pour nous prêter main forte.
Le samedi l'ami Laurent Garnier accompagné de quelques gaillards déposent quatres bouteilles de 10 litres gonflées à 300 bars.Le rendez-vous est programmé pour le landemain à 7h00 du matin. Le but est de partir de bonne heure, de manière à garder une marge d'exploration sur la météo qui doit se gâter les prochains jours. Neufs spéléos nous ont accompagnés pour amener er surtoutsortir les kits.
Les galeris derrière le passage clef, sont à couper le souffle. La salle des Centaures est impressionnante. Il y a là en bas à droite une vasque d'un siphon qui est trés certainement une sortie qui peut communiquer avec le siphon de l'aiguille du Métro. Un lieu à plonger une prochaibne fois, de manière à accéder dans ce réseau plus souvent et pour permettre à des plongeurs de pouvoir contacter des spéléos qui pourraient être bloqués par la crue.
Deux heures de progression et nous arrivons devant notre Graal... Le siphon Bêta. Il est magnifique. L'eau est d'un vert
Céladon...Les préparatifs se déroulent sous les yeux de nos collègues. Nous ne sommes pas trés communicatifs, concentration oblige...Comme à l'habitude je suis prêt le premier, sûrement l'impatience de me trouver sous l'eau. Je suis dans mon élément.
Je déroule un premier dévidoir conditionné de 140 mètres de fil. Cela suffira pour S1. La visibilité est supérieure à 20 mètres.
Le conduit noyé mesure 5X6 mètres, de nombreux coups de gouje sur tout le fond et les bords témoignenet de sa mise en charge.Au plafond, la roche est noire et sombre, quelques traces de fil nylon témoignent du passage d'un plongeur dans ces lieux. C'est celui de Frédéric Poggia.J'aperçois Manu qui me rejoint quatre minutes après mon départ. Il est suivi derrière de François. Je suis à - 9 mètres après
90 mètres de fil tiré à l'issu d'un passage à -16 mètres. C'est bizzare ça ne sort pas! Je poursuis un peu surpris jusqu'à la fin du bobinot. Je raccorde un second dévidoire avec 120 mètres de fil. Je pense que l'on sortira plus loin? Tout en dévidant le fil d'Ariane, je me dis: j'espère ne pas être dans le siphon Alpha? 9a deviendra une boulette, l'autonomie en air sera juste!

 

 

 Images: Marlène Garnier et David Bianzani

  Montage: Marlène Garnier

 


Cinquante mètres plus loin, nous sommes à -19 mètres pour une distance de 180 mètres. Décidément je n'y comprend plus rien. Manu doit faire demi-tour malgré sa progression au plafond cinq mètres au-dessus de nous. Son autonomie avec le bi 4 litres est juste.
Arrivésà la fin du touret, nous sommes à -20 mètres, la galerie devient énorme 10 à 12 mètres de hauteur pour une largeur de 10 à 15 mètres. La roche est toujours aussi noire, seule les coups de gouge en bas, sont clairs.
Nous employons maintenant le dévidoir qui était prévu pour le S2. Il est équipé de 450 mètres de fil...nous trouvons par
endroits du fil d'époque, c'est du fil de clôture accessoire préféré de Jean-Louis Camu. Pas de doute nous sommes bien dans le siphon Bêta. Nous prenons soins de nous écarter le plus possible de ce piège à plongeur.
Arrivés à 350 mètres du départ, je découvre l'amarrage final, tiens le terminus déjà, comment est-ce possible...je poursuis, un peu dubitatif par cette découverte. Dix mètres plus loin, je ne distingue plus le plafond. Je décide de remonter. Je suis à -24 mètres. Je remonte dans ce que je qualifierai d'une cheminée. Je déroule une dizaine de mètres de fil. Je ne vois toujours pas la paroi, par contre une petite pluie de sédiments tombe au-dessus de moi.
J'interromps mon ascension et redescends. Ce n'est pas l'objectif fixé avec François. Je reprends la progression dans la grande galerie. Quel surprise! 10 mètres plus loin, nous sommes devant un laminoir dont la hauteur n'excède pas les 1,20 mètres et la largeur 2,5 mètres. Je scrute avec mes phares tout autour, rien, la suite est devant. Je regarde mon timing, 26 minutes de plongée viennent de s'écouler. François jette un oeil sur la suite. Il aperçoit un ressaut avec la galerie qui plonge dans le même profil que le laminoir. Nous sommes à -26 mètres; Je décide de garder une marge en autonomie pour faire la topographie. 2è visées topo seront réalisées. Aprés 70 minutes d'immersion dans une à 7°c nous faisons surface. Aprés concertation avec Serge Caillault arrivé pour quelque cliché des chauve-souris
batraciennes (spéléo-plongeur), le niveau d'eau est plus haut qu'en 2003 ce qui explique la non-présence du réseau post-siphon.
Pour ce qui est des distances nous mettrons ça sur l'excès d'optimisme ou peu être une erreur d'accumulation de longueur des premiers explorateurs. Le bila finale est de 2à mètres de galerie découverte, et surtout et c'est là le plus intérressant 370 mètres de topographie,une vidéo complète de la plongée.
Cette exploration marque le début d'un grand projet d'investissement sur cette cavité avec des plongées futures de toutes les zones noyées
de ce réseau afin d'en établir une cartographie complète.

 

Plongeurs: François Tourtelier (GECKOS), David Bianzani (GECKOS), Manu Tessanne (GUCEM)

 

Spéléos présents:

GSV: Laurent, Marlène et Olivier Garnier, Rémy, Alain Soubirane, Christian Nodot, Patrick Brachet.
GECKOS: Damien Locatelli, Jean-Luc Leblanc dit"Emilio", Alexis Lemaitre, Alexandre Lefevre,  Hervé Dhollande, François et régine Landry, Françoise Magnan, Mickael Black, Béatrice Gazeau.

SGCAF: Baudoin Lismonde, Christophe Arnoult.
FLT: Guy Ferrando.

Serge Caillault pour les photos.

Extérieur: Mickael Chauvin, Mickael Berthier.

Frédo Poggia pour les infos et Jean-louis Camus qui m'a incité à poursuivre cette exploration.

Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 17:50
Avec mon ami Christian, aprés un bon magrés de canard au barbecue et un bon vin du cru, nous préparons le matériel pour aller plonger Saint-Georges, à l'entrée de Cahors. Sur Plongéesout, il est mentioné un arrêt à -40 m, dans une trémie argileuse.
Devant essayé le harnais pour la plongée en destructuré, je trouvais que la cavité s'y prêtait bien!!
Je m'équipe chez Christian, et pour cause, la source est située dans un parc le long du Lot et le tout en agglomération!
Pas question de se faire remarqué et attirer les foules. Nous nous garons et ni une, ni deux nous sortons de la voiture direction les berges du Lot.
La fin de l'équipement ne traine pas! Je m'enfonce dans la cavité. Je n'ai de l'eau que jusqu'aux chevilles. J'arrive devant un point bas, je jette un oeil avec le masque, c'est bas et argileux. Aller, c'est parti!! Je savoure le harnais dans ce passage bas style laminoire. Le plafond est bas, le sol jonché de glaise, le fil date un peu (fil de cloture électrique). Au bout de quelques mètres j'aperçois un fil à main gauche longeant la parois et un autre qui file tout droit au fond. La visi est de 2 mètres environ à ce moment là!! Je prends le fil qui descend et fait bien attention de regarder l'état de celui-ci, car la visibilité s'ammenuise jusqu'à devenir nulle, enfin pas pour longtemps. Il suffit juste de s'arrêter un instant et le nuage tombe faisant place à une visibilité assez correcte pour évoluer tranquillement. Je regarde l'ordi, et bien sûre, comme en chat noir que je suis, plus rien sur l'écran! Allons bon. Je remonte reviens au début de la galerie horizontale par laquelle je suis arrivé, pour redescendre et essayer d'évaluer la profondeur de ce puits en reportant à chaque fois ma hauteur. A environ -25 m, un caillou de la grosseur d'une tête d'homme me passe à côté, étrange!! Je décide donc de stopper là la descente car je n'ai pas de stab non plus mais suis à peine en flottabilité negative, moins de 1 kg. Au sommet du puits, je part donc sur le fil qui se trouvait à ma main gauche en arrivant. Je le prends et fait un bon bout de chemin en périphérie du puits, ayant toujours ce noir sous moi. au bout de 7 à 10 m de progression je fais demi-tour et ressors content de ce harnais et mécontent de cet ordi tombé en panne. Une fois sorti, je constate que la batterie y est pour quelque chose; Et avec le recul je réfléchis. Cet ordi est récent, seulement une dizaine de plongée!?
C'est ma facheuse habitude de tout mettre dans le sac encore tout mouillé et de ne ressortir les affaires beaucoup plus tard. Le contact doit continuer à se faire pendant un moment, ducoup la batterie continue à se vider.
Christian est là, dehors en train de filmer. D'ailleurs c'est à lui que je dois ces quelques images de cette vidéo.
Images: C. Kupieck
Repost 0
Published by geckos.plongeurs.speleo.over-blog.com - dans Explorations
commenter cet article